Qu’est-ce que le gympie-gympie, la plante la plus dangereuse au monde ?

Le gympie-gympie est une plante toxique dont la piqûre douloureuse peut durer des années et pousser les gens au suicide.

Ses feuilles entrainent l’une des piqûres les plus douloureuses au monde. Il n’y a pas d’antidote.

De loin, les feuilles du gympie-gympie (Dendrocnide moroides) semblent inoffensives à en juger par leur aspect doux et duveteux. Mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Il s’agit de l’une des plantes les plus toxiques au monde. Un léger effleurement de ses feuilles suffit à provoquer une douleur inimaginable. Elle est décrite comme « l’équivalent d’une brûlure à l’acide chaud et d’une électrocution ». Pour aggraver les choses, il faut parfois des mois, voire des années, avant que la douleur ne disparaisse complètement. Certains se sont même suicidés, trouvant la douleur insupportable.

A quoi ressemble la plante gympie-gympie ?

Il s’agit d’un buisson urticant, membre de la famille des orties (Urticaceae). Il tire son nom de la ville australienne de Gympie, un centre d’extraction de l’or installé dans les années 1860.

Ces arbustes peuvent atteindre trois mètres de haut avec des feuilles vert foncé en forme de cœur, aux bords dentelés. Elle peuvent faire la taille d’un ongle de pouce à plus de 50 cm de large.

Le gympie-gympie est l’une des quatre espèces d’arbres ou de broussailles urticants d’Australie, qui font tous partie de la famille des orties. Mais le gympie-gympie est de loin le plus douloureux.

La toxine notoirement douloureuse est délivrée par de minuscules filaments poilus. Ces derniers recouvrent les tiges, les feuilles et les fruits à l’aspect appétissant de la plante. L’extrémité du filament comporte un petit bulbe contenant la neurotoxine, qui se détache facilement et s’enfonce dans la peau.

Où trouve-ton le gympie-gympie ?

Il est originaire des forêts tropicales du nord-est de l’Australie et se trouve également dans certaines régions d’Indonésie. Vous pouvez trouver cette plante australienne dans les clairières de la forêt tropicale, ainsi que le long des ruisseaux et des pistes.

Quelques histoires de piqûres douloureuses du gympie-gympie

L’histoire d’A.C Macmillan

La douleur causée par la piqûre est légendaire. A.C. Macmillan, un arpenteur routier du nord du Queensland, a rapporté une rencontre avec un gympie-gympie qui avait piqué son cheval. Le cheval « est devenu fou et est mort en deux heures ». Le folklore local regorge d’histoires de chevaux qui sautent des falaises à cause de l’agonie ou de travailleurs forestiers qui boivent jusqu’à s’endormir pour atténuer l’horrible douleur.

L’histoire de Cyril Bromley

Cyril Bromley, un ancien militaire australien, a décrit sa propre rencontre avec cet arbre urticant lors d’un entraînement militaire pendant la Seconde Guerre mondiale. Bromley a passé trois semaines à l’hôpital où il a subi d’innombrables traitements infructueux. Pendant tout ce temps, la douleur a rendu le vétéran « fou comme un serpent coupé ». Mais au moins, il a vécu pour raconter l’histoire. Bromley connaissait un officier qui s’est tiré une balle après une décision peu inspirée d’utiliser le gympie-gympie comme papier toilette.

L’histoire d’Ernie Rideer

S’adressant à Australian Geographic, Ernie Rider a raconté un jour inoubliable de 1963 où il a été giflé au visage, aux bras et à la poitrine par un arbre urticant.

« Je me souviens que j’avais l’impression que des mains géantes essayaient d’écraser ma poitrine », a-t-il déclaré. « Pendant deux ou trois jours, la douleur était presque insupportable ; je ne pouvais ni travailler ni dormir, puis c’était une douleur assez forte pendant une autre quinzaine de jours ». La piqûre a persisté pendant deux ans et revenait chaque fois que je prenais une douche froide. »

 » Il n’y a rien qui puisse rivaliser avec ça ; c’est 10 fois pire que tout le reste – tiques de broussailles, démangeaisons de broussailles et piqûres de cricket incluses. Les arbres à piqûres sont un danger réel et présent. »

L’histoire de Marina Hurley

Marina Hurley, chercheuse à l’université de Nouvelle-Galles du Sud, est l’une des plus grandes spécialistes mondiales des gympie-gympie. En 1989, la passion de Marina pour la forêt tropicale l’a amenée à se rendre pendant trois ans dans le sous-bois des forêts tropicales des Atherton Tablelands, dans le nord du Queensland. Elle y a effectué des travaux de terrain sur les arbres piqueurs. Il n’a pas fallu longtemps pendant ce travail de terrain pour qu’elle se fasse piquer à son tour. Une expérience qu’elle a décrite comme « le pire type de douleur que vous puissiez imaginer ».

Immédiatement après qu’une personne a été piquée, une douleur brûlante est ressentie. Toutefois, ce n’est qu’un avant-goût, car la douleur maximale est atteinte au bout de 20 à 30 minutes.

Bien que la douleur soit stupéfiante, le plus accablant dans cet arbuste toxique est le fait que les poils toxiques peuvent rester dans la peau jusqu’à six mois. Pendant cette période, si l’on appuie fortement sur la peau ou si on la lave, les piqûres refont surface. Bonne chance pour prendre une douche.

« Non seulement vous ressentez une douleur à l’endroit où vous avez été piqué, mais si la piqûre est vraiment grave, dans les 20 minutes qui suivent, vos ganglions lymphatiques sous les bras gonflent et palpitent douloureusement », écrit Hurley.

« La douleur intense et lancinante de la piqûre et des ganglions lymphatiques peut durer de 1 à 4 heures, selon l’espèce que vous avez touchée, la quantité de peau piquée et l’intensité du contact avec la plante. »

Selon Hurley, qui a étudié les plantes dendrocnides pendant des années, la structure et la fonction de leurs poils urticants sont similaires à celles d’une aiguille hypodermique. Mais malgré de nombreuses recherches, Hurley et ses collègues n’ont pas encore réussi à déterminer la composition exacte de la neurotoxine de l’arbuste.

Ce dont nous sommes sûrs, c’est que cette toxine est chimiquement très stable et résistante à la chaleur. Cela signifie que les spécimens botaniques séchés qui prennent la poussière dans une collection de musée datant de 100 ans sont toujours dangereux et peuvent vous piquer.

Même si vous n’êtes pas en contact direct avec les feuilles ou les tiges de l’arbuste, vous pouvez être gravement piqué si vous vous trouvez à proximité sans protection (gants et masque), car les minuscules poils sont en suspension dans l’air et peuvent être inhalés. Cela peut provoquer un écoulement nasal, des saignements nasaux et une irritation de la gorge.

Certains animaux les mangent

Mme Hurley a commencé ses recherches à la fin des années 80 et au début des années 90 après avoir remarqué certaines feuilles de dendrocnide mâchées. Comment est-il possible que des animaux australiens puissent manger une plante aussi douloureusement toxique ?

Elle a fini par trouver les coupables : un coléoptère chrysomélide nocturne mangeur de feuilles et de nombreux autres insectes rongeurs de feuilles et suceurs de sève, ainsi que de petits marsupiaux appelés pademelons à pattes rouges.

On ne sait pas exactement comment ces animaux peuvent dévorer la plante toxique sans se faire piquer ou subir une réaction allergique. Les recherches futures permettront peut-être de découvrir certaines voies biologiques susceptibles de déboucher sur un traitement efficace.

Que faire en cas de piqure de gympie-gympie ?

Pour l’instant, il n’existe pas d’antidote à la piqûre de gympie-gympie. Les médecins conseillent aux victimes de ne pas frotter la zone de la piqûre, car cela peut briser encore plus les poils et les faire se propager davantage dans la peau. L’application d’une solution d’acide chlorhydrique dilué dans une proportion de 1/10 sur la piqûre peut également soulager un peu la douleur. Cependant, certaines personnes éprouveront une douleur atroce quoi qu’il arrive. Pour certaines personnes travaillant comme géomètres, gardes forestiers et ouvriers du bois en Australie, le gympie-gympie est un grave danger professionnel.

C’est une plante si nuisible qu’en 1968, un laboratoire britannique de guerre biologique a envoyé une équipe en Australie pour collecter des spécimens d’arbres urticants afin de vérifier leur utilité en tant qu’arme biologique. Heureusement, aucune arme aussi effroyable n’a jamais été mise au point par les militaires. L’intérêt même de cette plante témoigne de sa sauvagerie.

Faites nous savoir que vous avez aimé ce post 🙂

Cliquez sur les étoiles pour noter cet article

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de votes 10

Pas encore de vote, votre vote compte double 😉