Les boomerangs ont joué un rôle important dans la culture aborigène en tant qu’objets de travail et de loisirs. Suite à l’arrivée des Européens, ils sont devenus des objets d’acquisition et d’exposition et, plus tard au XIXe siècle, des souvenirs pour les touristes ou des articles de sport. La popularité du boomerang en tant que souvenir a contribué à le transformer en un symbole national.

Les emblèmes de l’armée australienne arborent le boomerang. Tout comme les cadeaux et les souvenirs associés aux membres de la famille royale et autres célébrités en visite. Ces deux utilisations expriment le souhait que le destinataire ou le porteur puisse revenir « comme un boomerang ».

Sommaire:
L’origine du Boomerang
Quelle sont la taille et la forme du Boomerang?
Quelle est la technique pour le lancer?
Les différentes utilisations

Boomerang en Australie
Boomerang en Australie®DR

L’origine du Boomerang

Le boomerang peut être considéré comme la première machine volante plus lourde que l’air inventée par l’homme. En plus d’être utilisés par les Aborigènes australiens, ils ont été retrouvés en Afrique du Nord-Est, en Sardaigne, en Inde et aux États-Unis (Arizona et Californie du Sud).

Les plus anciens boomerangs aborigènes australiens ont 10 000 ans. Mais des bâtons de chasse plus anciens ont été découverts en Europe, où ils semblent avoir fait partie de l’arsenal de l’âge de pierre. Un boomerang découvert dans une grotte des Carpates, en Pologne, était fabriqué à partir d’une défense de mammouth. Il aurait environ 30 000 ans. Le roi Toutankhamon, le célèbre pharaon de l’Égypte ancienne, mort il y a plus de 3 000 ans, possédait une collection de boomerangs à la fois à vol droit (chasse) et à retour.

Personne ne sait avec certitude comment le boomerang de retour a été inventé. Mais certains fabricants de boomerangs modernes supposent qu’il s’est développé à partir du bâton de lancer aplati qui est toujours utilisé par les Aborigènes australiens et certains autres peuples tribaux dans le monde, y compris les Indiens Navajo en Amérique. Un boomerang de chasse est délicatement équilibré et beaucoup plus difficile à fabriquer qu’un boomerang de retour. Il est probable que la caractéristique de vol incurvé des boomerangs de retour a été inventé pour la première fois par des chasseurs de l’âge de pierre qui essayaient de « régler » leurs bâtons de chasse pour qu’ils volent droit.

Origine du mot Boomerang

Il vient de la langue de la tribu aborigène australienne des Turuwal. Elle vivait au sud de Sydney, en Australie. Il a aussi été appelé à tort woomerang, par confusion avec le woomera.

Quelle sont la taille et la forme du Boomerang?

Boomerangs aborigènes
Boomerangs aborigènes ®DR

Le plus petit boomerang peut mesurer moins de 10 centimètres d’une pointe à l’autre. Le plus grand peut dépasser 2 mètres de long.

Un boomerang est une aile rotative. Bien qu’il ne soit pas obligatoire qu’il soit dans sa forme traditionnelle, il est généralement plat. Un boomerang lancé commence à tourner et la plupart suive une trajectoire en spirale. Lorsque le boomerang est lancé avec une forte rotation, les ailes produisent de la portance. Les plus grands boomerangs sont utilisés pour la chasse, ils tombent donc sur le sol après avoir touché la cible. Les plus petits sont utilisés pour le sport et sont les seuls boomerangs qui reviennent vers le lanceur. En raison de sa rotation rapide, un boomerang vole en courbe plutôt qu’en ligne droite. Lorsqu’il est lancé correctement, le boomerang revient à son point de départ.

Deux ou plusieurs bras ou ailes, reliés en angle constituent les boomerangs de retour. Chaque aile a la forme d’un profil aérodynamique, de sorte que l’air passe plus vite d’un côté de l’aile que de l’autre. Cette différence de vitesse de l’air crée une aspiration ou une portance le long d’un plan qui coupe la voilure à angle presque droit le long de l’axe longitudinal de l’aile.

La précession gyroscopique est ce qui permet au boomerang de revenir vers le lanceur lorsqu’il est lancé correctement. C’est également ce qui fait que le boomerang s’envole directement dans les airs lorsqu’il est mal lancé. À l’exception des boomerangs de longue distance, ils ne doivent pas être lancés latéralement ou comme un frisbee. Mais plutôt avec l’axe long des ailes tournant dans un plan presque vertical.

Quelle est la technique de lancer d’un Boomerang?

On peut utiliser l’une ou l’autre main pour lancer un boomerang. Un boomerang pour droitier effectue un vol dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (vu du dessus), tandis qu’un boomerang pour gaucher tourne dans le sens des aiguilles d’une montre.

Les ailes du boomerang doivent former un angle de 15 degrés par rapport à la verticale. Il se tient par la pointe à l’aide du pouce et d’un, deux ou trois doigts, puis lancé rapidement vers l’avant en essayant de faire tourner le boomerang plutôt que d’exercer une grande force. Il doit s’aplatir à mi-volée et décrire un arc de cercle, s’arrêtant parfois un peu devant ou derrière le lanceur, mais idéalement il doit planer doucement et permettre au lanceur de l’attraper comme une sorte de sandwich entre les mains du lanceur.

Le boomerang de retour ne doit pas être lancé à l’horizontale comme un frisbee, car il tournera dans la direction du sommet de ses ailerons, et si cette direction se trouve être vers le haut plutôt que sur le côté, il peut voler assez haut pour que l’atterrissage endommage le boomerang ou ce sur quoi il atterrit.

La vitesse et la direction du vent sont très importantes pour un lancer réussi. Un boomerang droitier se lance à droite du vent. L’angle par rapport au vent dépend du boomerang, mais commencer avec un angle de 45 degrés. Quant à la vitesse du vent, un vent léger est idéal. Si le vent est assez fort pour faire voler un cerf-volant, il est généralement trop fort pour les boomerangs.

La portée de la plupart des boomerangs se situe entre 25 et 40 mètres.

Les différentes utilisations du Boomerang

La chasse au Boomerang

La forme et la trajectoire de vol elliptique du boomerang de retour le rendent utile pour la chasse. Le bruit généré par le mouvement du boomerang dans l’air, et, par un lanceur habile, le fait de couper légèrement les feuilles d’un arbre dont les branches abritent des oiseaux, contribuerait à effrayer les oiseaux vers le lanceur. Cette technique était utilisée pour effrayer les volées ou les groupes d’oiseaux et les faire tomber dans les filets qui étaient généralement tendus entre les arbres ou lancés par des chasseurs cachés.

Les boomerangs (appelés  » bâtons de chasse « ) utilisés pour la chasse aux grandes proies, comme le kangourou ou le dingo, étaient également utilisés pour les petites proies. Ces bâtons de chasse volent de façon presque rectiligne lorsqu’ils sont lancés horizontalement et sont suffisamment lourds pour abattre un kangourou en cas d’impact sur les jambes ou les genoux. Pour la chasse à l’émeu, le bâton est lancé vers le cou, le brisant.

Utilisation moderne

Aujourd’hui, les boomerangs sont surtout utilisés comme articles de sport ou de loisirs. Le boomerang sportif moderne (souvent appelé « boom » ou « rang ») se fabrique à partir de contreplaqué de bouleau finlandais, de bois dur, de plastique ou de matériaux composites. Il existe dans de nombreuses formes et couleurs différentes. La plupart des boomerangs sportifs pèsent généralement moins de 100 grammes.

Communication

Certains « aborigènes » de l’Ouest du Victoria l’utilisaient, en plus de la chasse, comme moyen de communication sur de longues distances. Cette communication visuelle est particulièrement utile lorsque les vents ou la distance rendent impossible d’autres méthodes de communication.

Culture, art et traditions

Les Aborigènes décoraient richement leurs Boomerangs. Ils pouvaient également utiliser le Boomerang lors de cérémonies, pour raconter des histoires et pour jouer de la musique. Pendant les festivités, deux boomerangs sont frappés ensemble pour produire un rythme sur lequel on peut danser. Pendant les contes, le joueur de didgeridoo utilise les boomerangs pour créer des effets sonores et une ambiance particulière.