Selfie avec Quokka
Selfie quokka ®DR

Les quokkas sont des marsupiaux de la taille d’un chat, mesurant de 40 à 54 centimètres de long et pesant entre 2,5 et 5 kilos. Le quokka est célèbre pour son adorable visage souriant parfaitement adapté pour les selfies… Mais en fait, c’est juste la forme de leur bouche.

Le quokka est également connu sous le nom de wallaby des broussailles à queue courte. Son nom scientifique est Setonix brachyurus.

A quoi ressemble un quokka?

Le quokka a une fourrure épaisse et grossière de couleur brun grisâtre, avec un brun plus clair sur sa face inférieure. Il a un corps trapu légèrement voûté et une queue musclée relativement courte, semblable à celle d’un rat. Le quokka a un visage et une tête ronds avec de courtes oreilles d’ours en peluche, un nez et des yeux noirs. Il semble arborer un sourire permanent, mais cette forme de visage heureux de sa bouche l’aide à haleter et à se rafraîchir.

C’est un macropode qui appartient à la même famille d’animaux que le kangourou et le wallaby. Le quokka possède toutes les caractéristiques familières de ces types d’animaux. Il possède de petits membres antérieurs courts et des mains munies de cinq griffes qui lui permettent de saisir et d’arracher des branches, de se battre et de se toiletter. Ses pattes postérieures, relativement courtes par rapport aux autres macropodes, lui servent à sautiller. Bien qu’elles soient très efficaces à grande vitesse, les pattes arrière du quokka sont inefficaces à faible vitesse et sont très peu utilisées. Au lieu de cela, il utilise la locomotion pentapédale à des vitesses lentes. Le quokka mâle est plus grand que la femelle. La femelle quokka élève sa progéniture dans une poche située sur son abdomen. Les quokkas mâles n’ont pas de poche.

Où vivent les quokkas ?

La plupart des quokkas vivent sur l’île de Rottnest et l’île Bald au large de la côte de l’Australie occidentale. Ils préfèrent les conditions humides avec un maquis dense. Sur le continent, on les trouve dans le sud-ouest de l’Australie occidentale dans la végétation autour des marécages et près des cours d’eau.

Que mangent les quokkas ?

Les quokkas mangent des feuilles et des pousses molles de plantes ligneuses comme les arbustes et les arbres. Les quokkas de l’île de Rottnest, cependant, se sont adaptés à un régime différent associé à la nourriture disponible sur l’île. Ici, une grande partie de leur alimentation est constituée de plantes succulentes et d’herbes.

Les quokkas sont des herbivores qui broutent. En fait, ils ne mâchent pas leur nourriture immédiatement après l’avoir croquée. Ils se contentent de couper un morceau de végétation, de le fourrer dans leur bouche et d’avaler. Il régurgite ensuite sa nourriture et la mâche soigneusement avant de l’avaler à nouveau. (Comme le bétail qui rumine).

Lorsque les sources de nourriture ne sont pas facilement accessibles au niveau du sol, ils peuvent même grimper à un arbre pour atteindre leurs repas. Ils mangent également des plantes succulentes qui retiennent l’eau pour compléter leur alimentation. Les quokkas tirent la majeure partie de l’eau dont ils ont besoin de leur nourriture et sont capables de survivre pendant des mois sans boire du tout. Ce n’est que dans des conditions très sèches qu’ils ont besoin de boire de l’eau.

Comme la plupart des macropodes, les quokkas stockent de la graisse dans leur queue pour se prémunir contre les périodes difficiles où la nourriture pourrait se faire rare.

Quel est le mode de vie des quokkas?

groupe de quokkas

Les quokkas vivent en groupes familiaux dont la taille varie de 20 à 150 individus. Dominés par un mâle, ces groupes ne sont pas territoriaux et leurs domaines vitaux se chevauchent. Bien qu’il s’agisse d’animaux pacifiques, des combats ont parfois lieu entre les mâles, généralement pour le choix d’un lieu de repos sous un arbre ombragé. Les quokkas passent la majeure partie de la journée à roupiller à l’ombre.

Ces animaux australiens sont classés dans la catégorie des animaux nocturnes. C’est-à-dire qu’ils sont actifs principalement la nuit. À proprement parler, ils sont en fait crépusculaires. C’est-à-dire qu’ils sont plus actifs à l’aube et au crépuscule et cette activité peut se poursuivre la nuit. Pendant ces périodes, les quokkas s’aventurent hors de leurs abris diurnes, généralement dans la végétation dense, et se déplacent le long de chemins bien usés et de tunnels qu’ils ont forgés à travers l’herbe et les arbustes à la recherche de nourriture.

Il n’est pas rare, sur l’île de Rottnest, de voir les quokkas se déplacer pendant la journée. Il s’agit d’une d’une mauvaise habitude prise car des humains les nourrissent.

Comment se reproduisent les quokkas?

Un quokka devient sexuellement actif à environ 18 mois. Les quokkas femelles donnent naissance à un seul petit à la fois. Sur le continent, les femelles quokkas sont capables de donner naissance à environ deux petits par an. Les quokkas de l’île de Rottnest, en raison de son climat plus aride, ont une saison de reproduction plus courte et n’ont qu’un seul petit par an, qui naît généralement entre la mi-février et la fin avril.

Le bébé Quokka (Joey)

Le bébé quokka, appelé joey, est extrêmement petit à la naissance. Il ne mesure pas plus de 1 cm et pèse moins de 0,4 gramme. Comme les autres bébés marsupiaux, les bébés quokkas ont deux stades de développement. L’un à l’intérieur de la mère, comme les mammifères placentaires tels que les humains, et l’autre à l’extérieur du corps de la mère, dans une poche externe spéciale appelée marsupium.

Stade 1 – Un joey quokka naît environ 21 jours après la gestation. Lorsqu’il émerge du canal de naissance de sa mère, il est aveugle, sans poils, avec des membres antérieurs trapus et presque aucune trace de ses pattes postérieures et de sa queue. En utilisant ses petits membres antérieurs dans un mouvement de natation (brasse), le jeune joey rampe péniblement le long de la fourrure de sa mère jusqu’à sa poche. Ce voyage lui prend environ trois minutes. Le voyage du petit se fait entièrement par lui-même. La mère ne l’aide en aucune façon.

Étape 2 – Une fois dans la poche de sa mère, le jeune joey se fixe rapidement et fermement à l’un des quatre mamelons de la poche. Là, le jeune joey restera caché pendant six mois. Puis il commencera à sortir timidement la tête de la poche de sa mère et à observer le monde qui l’entoure. Environ deux semaines plus tard, il aura acquis suffisamment de confiance pour s’aventurer hors de la poche et sautiller près de sa mère. Cependant, s’il est effrayé, il sautera immédiatement, la tête la première, pour retourner dans la poche de sa mère. À l’âge de 8 mois environ, le joey n’utilise plus la poche de sa mère. Il peut encore téter sa mère pendant environ 6 mois.

Les quokkas sacrifient-ils leurs bébés ?

Oui et non …
Non, les quokkas ne lancent pas physiquement leurs bébés vers les prédateurs. Leurs bras sont trop courts et pas assez forts pour le faire. Cependant, des recherches scientifiques récentes ont confirmé que lorsqu’une femelle quokka est en danger de mort face à un prédateur, elle peut expulser sa progéniture de sa poche, attirant ainsi le prédateur vers les petits et permettant à la femelle de s’échapper. Compte tenu du fort contrôle musculaire que les femelles quokkas exercent sur leur poche, cette expulsion semble être comportementale plutôt qu’accidentelle.

D’un point de vue biologique, cette approche est judicieuse. En sacrifiant ses petits, la mère se sauve elle-même, plutôt que de laisser la mère et sa progéniture devenir la proie du prédateur.

Quelle est la durée de vie d’un quokka?

Un quokka a une durée de vie d’environ 10 ans.

le quokka et son sourire inimitable

Est ce que le quokka mord?

Parce qu’ils semblent si amicaux et câlins, de nombreux humains tentent de les approcher de très près. Bien que relativement dociles et inoffensifs, les quokkas réagissent s’ils sont menacés, provoqués ou attaqués. Leur première ligne de défense consiste à s’éloigner en sautillant. Ils peuvent aussi pousser un cri strident. Si cela échoue, ils auront recours à leur dernière ligne de défense. Ils plantent leurs dents dans une partie charnue de leur agresseur et se suspendent à leur victime en la griffant férocement.

Il est illégal de toucher ou de nourrir un quokka. Vous êtes passible d’une lourde amende de 300 dollars pour avoir fait cela. Mais les gens essaient toujours de les toucher. Bien que ce ne soit probablement pas intentionnel, un quokka est tout à fait capable de mordre un doigt ou une main. L’infirmerie de l’île a signalé 60 morsures de quokka l’année dernière.

Cruauté humaine envers les quokkas

Les humains ne sont pas tous gentils avec les quokkas. De temps en temps, on entend parler d’une cruauté incompréhensible de la part des humains envers ces animaux inoffensifs.

En avril 2015, deux touristes français ont allumé un aérosol produisant une flamme de 30 cm qui a roussi la fourrure de la tête et du corps d’un quokka. Ils ont été condamnés à une amende de 4 000 dollars chacun, puis emprisonnés lorsqu’ils ont affirmé ne pas pouvoir payer l’amende. Le quokka a heureusement survécu à cette épreuve sans blessure même si le quokka a toujours une partie de sa fourrure brûlée sur un côté de son corps.

En février 2017, un homme a été filmé en train de donner de nombreux coups de pied à un quokka. Il a été condamné à une amende de 4 000 dollars.

Un homme néo-zélandais a attrapé un quokka et l’a jeté à la mer. Heureusement, l’animal en détresse a nagé vers le rivage en toute sécurité. L’homme a affirmé devant le tribunal qu’il avait simplement « placé » le quokka dans l’eau et qu’il ne l’avait pas réellement jeté. Le juge l’a condamné à une amende de 2 000 dollars pour son acte de cruauté.

La peine maximale pour cruauté envers les animaux est une amende de 50 000 dollars et une peine d’emprisonnement de cinq ans.

Qui sont les prédateurs du quokka ?

Les quokkas des îles lointaines de Rottnest Island et de Bald Island sont strictement protégés. Il n’a aucun prédateur indigène sur ces îles. La principale menace pour les quokkas de ces îles est la bonté humaine mal placée et la cruauté occasionnelle. Nourrir les quokkas avec de la « nourriture humaine » peut affecter leur digestion et les rendre dépendants des humains.
Moins de 1 000 quokkas vivent sur le continent australien, à l’extrémité sud de l’Australie occidentale. Ces zones sont également protégées. Il n’y a pas de prédateurs indigènes pour les quokkas adultes ici. Les jeunes quokkas, en revanche, sont victimes des goannas et des pygargues à queue blanche. Plusieurs prédateurs introduits, comme les dingos, les renards, les cochons sauvages, les chats et les chiens, attaquent les quokkas.

Comment le quokka a failli disparaitre? Quelles sont les causes de la quasi-extinction du quokka ?

Des preuves fossiles indiquent que les quokkas occupaient autrefois une zone de plus de 41 000 kilomètres carrés dans le sud-ouest de l’Australie occidentale. Ils étaient encore répandus lorsque les premiers colons européens sont arrivés dans la région en 1829. Mais en l’espace d’un siècle seulement, la population de quokkas a chuté de façon spectaculaire. Dans les années 1930, les quokkas étaient encore abondants sur le continent australien et étaient même déclarés nuisibles (Government Gazette of WA 1933) et activement chassés et empoisonnés à grande échelle. Cette stratégie d’éradication, associée à l’introduction du renard roux dans les années 1930, a entraîné un déclin catastrophique du nombre de quokkas sur le continent.

Est ce que le quokka est une espèce vulnérable ?

Les quokkas sont classés comme vulnérables. Il y a environ 12 000 quokkas sur l’île de Rottnest en face de Perth. Le nombre d’animaux sur le continent australien, dans les parties sud-ouest de l’Australie occidentale, est inférieur à 1 000.

Pourquoi le quokka se nomme-t-il ainsi?

Les Aborigènes locaux ont donné à ce petit animal plusieurs noms, dont « quak -a » et « kwoka », et les Européens ont commencé à l’appeler « quokka ». Son nom scientifique d’espèce est Setonix barchyurus. Le nom de genre « Setonix » vient du latin « seta » qui signifie poil et du grec « onyx » qui signifie griffe. Le nom d’espèce « barchyurus » vient du grec « brachys » pour court et « oura » pour queue. On l’appelle aussi parfois « pademelon à queue courte » ou « wallaby à queue courte ».

Le mot « quokka » se prononce de différentes manières. Certains le prononcent kwo-ka (qui rime avec « moka »). La majorité dit kwah-ka (qui rime avec « wokka »).

Comment Rottnest Island a obtenu son nom ?

Rottnest Island est une île de 19 kilomètres carrés située sur la côte de l’Australie occidentale, près de l’actuelle ville de Freemantle et de Perth. En 1658, Samuel Volckertzoon, le capitaine du voilier néerlandais Waeckende Boey, dont l’équipage a débarqué sur cette île au large de la côte de l’Australie occidentale, a noté dans son journal qu’il avait vu un chat sauvage, ressemblant à une civette, mais avec des poils plus bruns. Il fut le premier Européen à enregistrer l’observation d’un quokka. En 1696, Willem de Vlamingh, un autre marin néerlandais, a exploré la même île et a décrit l’île comme étant envahie de « rats de la taille d’un chat ». Il a nommé l’île « Rotte nest », ce qui signifie « nid de rats ». Ce nom a finalement évolué pour devenir le nom actuel de l’île, Rottnest Island.